Espace culturel

Les 8 expositions à voir en avril à Paris

Avril est toujours un mois très plaisant pour découvrir de nouveaux événements culturels ! Parmi les nouveautés, le Grand Palais célèbre le centenaire de la mort de Rodin avec l’exposition de ses plus grands chefs-d’œuvre dont Le Penseur et Le Baiser. L’occasion de revenir sur le génie de l’artiste et d’approcher de près certaines œuvres encore jamais exposées.

Autre artiste majeur également à l’honneur ce mois-ci : Pablo Picasso. Un exposition consacrée à Olga est présentée au Musée national Picasso-Paris. Modèle par excellence de la période classique de Picasso, elle apparaît d’abord sous une ligne fine et élégante avant d’être représentée sous des traits beaucoup plus figuratifs et mélancoliques.

Le musée du Quai Branly célèbre également l’artiste avec l’inauguration de l’exposition Picasso primitif. Plus de 300 œuvres, dont 107 de Picasso, sont réunies à cette occasion. L’événement offre un regard inédit sur l’étroite relation qui unit Picasso et les arts dits « primitifs ».

Dans un tout autre registre, le Palais de Tokyo accueille pour sa troisième édition le festival DO DISTURB. Du 21 au 23 avril, de jour comme de nuit, le lieu propose 40 rendez-vous au croisement de la danse, de la performance, du théâtre et de la musique : des créations nouvelles, des pièces inédites en France ainsi que des performances revisitées pour l’occasion.

Bonnes visites !

21 rue La Boétie

L’exposition « 21 rue La Boétie » retrace le parcours singulier de Paul Rosenberg (1881-1959), qui fut l’un des plus grands marchands d’art de la première moitié du XXe siècle. Elle rassemble une soixantaine de chefs-d’œuvre de l’art moderne (Pablo Picasso, Fernand Léger, Georges Braque, Henri Matisse, Marie Laurencin…), pour certains inédits en France et provenant de collections publiques majeures telles le Centre Pompidou, le Musée d’Orsay, le Musée Picasso à Paris, ou encore le Deutsches Historisches Museum de Berlin, ou d’importantes collections particulières comme celle de David Nahmad. De nombreuses œuvres sont directement liées au marchand, pour avoir transité par ses galeries, à Paris ou à New York, alors que d’autres renvoient au contexte historique et artistique de l’époque.

Infos pratiques :
Musée Maillol
Jusqu’au 23 juillet 2017
Plein tarif : 13 € / Tarif réduit : 11 €
59-61 rue de Grenelle
75007 Paris
www.museemaillol.com

De Zurbarán à Rothko – Collection Alicia Koplowitz

L’exposition de la Collection Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital met ainsi à l’honneur l’une des plus grandes collectionneuses de notre époque. Les 52 oeuvres présentées retracent les choix de celle qui parcourt, depuis plus de trente ans, le chemin de l’art et nous invite à partager ses émotions esthétiques. Au-delà de la diversité des techniques, des époques et des styles, les oeuvres de la collection Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital reflètent une même sensibilité artistique. Elles témoignent d’un goût subtil, mais affirmé et audacieux, souvent tourné vers les portraits féminins. Qu’elle soit modèle ou artiste, créatrice façonnant la matière ou muse inspirante, la femme est au coeur de la plupart des oeuvres qu’a choisies Alicia Koplowitz – Grupo Omega Capital.

Infos pratiques :
Musée Jacquemart-André
Jusqu’au 10 juillet 2017
Plein tarif : 13,50 € / Tarif réduit : 10,50 €
158 boulevard Haussmann
75008 Paris
www.musee-jacquemart-andre.com

L’Afrique des routes

L’Afrique, un continent sans Histoire ? Si les a priori ont la vie dure, les faits, eux, sont indéniables : les Africains n’ont jamais vécu dans l’isolement. Longtemps ignorés, les échanges panafricains et extra-africains ont pourtant débuté voici des millénaires, bien avant les indépendances, la colonisation et l’arrivée des premiers navires portugais au milieu du XVème siècle. En témoignent les sculptures, pièces d’orfèvrerie ou d’ivoire, peintures et autres objets présentés dans l’exposition L’Afrique des routes. Du cinquième millénaire avant notre ère à nos jours, celle-ci évoque ainsi les routes, fluviales, terrestres ou maritimes qui ont contribué à la circulation et aux contacts des hommes, des matériaux et des œuvres. Des chars gravés de l’Oued Djerat du Sahara aux porcelaines chinoises de Madagascar, des cultes et rituels candomblé d’Amérique du sud aux œuvres contemporaines métissées du Nigérian Yinka Shonibare, c’est le portrait d’un continent au cœur de l’histoire globale qui est ici dressé.

Infos pratiques :
Musée du quai Branly – Jacques Chirac
Jusqu’au 12 novembre 2017
Plein tarif : 10 € / Tarif réduit : 7 €
37 Quai Branly
75007 Paris
www.quaibranly.fr

Pissarro à Éragny – La nature retrouvée

Aux côtés d’archives familiales, une centaine de tableaux, dessins et gravures, aussi spectaculaires que peu connus, créés à Éragny-sur-Epte entre 1884 et 1903 et provenant des plus grandes collections muséales et particulières du monde entier, illustrent la période la moins étudiée de la carrière de l’artiste. Celui-ci s’installe dans le village d’Eragny en 1884 dans une belle maison dont il devient propriétaire grâce à un prêt octroyé par Claude Monet et où il reste toute sa vie. Au cœur d’un véritable bouillonnement artistique et intellectuel, Pissarro met en œuvre ses convictions politiques dans sa peinture comme dans son mode de vie.

Infos pratiques :
Musée du Luxembourg
Jusqu’au 09 juillet 2017
Plein tarif : 12 € / Tarif réduit : 8,50 €
19 Rue de Vaugirard
75006 Paris
museeduluxembourg.fr

Rodin. L’exposition du centenaire

Auguste Rodin (1840-1917) est considéré comme le père de la sculpture moderne. A l’occasion du centenaire de sa mort , le Grand Palais présente une exposition de ses plus grands chefs-d’oeuvre (Le Penseur, Le Baiser, les Bourgeois de Calais…). Le parcours retrace les rêves et les gloires de ce poète de la passion, maître incontesté et monstre sacré. Entre scandales et coups d’éclat, il révolutionne la création artistique avant Braque, Picasso ou Matisse, et la fait à jamais basculer dans la modernité. L’exposition revient enfin sur son extraordinaire postérité auprès de générations d’artistes, de Carpeaux à Richier, en passant par Bourdelle, Claudel, Brancusi ou Picasso, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie.

Infos pratiques :
Grand Palais, Galeries nationales
Jusqu’au 31 juillet 2017
Plein tarif : 13 € / Tarif réduit : 9 €
3 Avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
www.grandpalais.fr

DO DISTURB

Pour sa 3ème édition, le festival DO DISTURB remet à nouveau le Palais de Tokyo en effervescence, de jour comme de nuit, les 21, 22 et 23 avril 2017. Au programme de cette édition figurent plus de 40 propositions au croisement de la danse, de la performance, du théâtre et de la musique : des créations nouvelles, des pièces inédites en France ainsi que des performances revisitées pour l’occasion. DO DISTURB poursuit cette année encore sa politique d’invitation à des partenaires culturels en France et à l’international. Après avoir, pour sa première édition, collaboré avec de grandes institutions comme le MoMA PS1 ou la Tate Modern et, pour sa seconde édition, avec des écoles d’art françaises et étrangères, DO DISTURB propose cette année une collaboration avec quelques-uns des festivals de performance et de spectacle vivant les plus dynamiques dans le monde.

Infos pratiques :
Palais de Tokyo
Du 21/04/2017 au 23/04/2017
Entrée Libre
13 Avenue du Président Wilson
75116 Paris
www.palaisdetokyo.com

Jardins

Fragonard, Monet, Cézanne, Klimt, Picasso ou encore Matisse. Les plus grands artistes ont célébré le jardin et transformé, grâce à leur talent, cet espace clos en un monde de liberté et d’imagination. Ils ont ainsi donné naissance à certains des chefs-d’œuvre de l’histoire de l’art. Le Grand Palais les réunit dans une exposition hors-norme, qui retrace, de la Renaissance à nos jours, six siècles de création autour du jardin. Peintures, sculptures, photographies, dessins, installations, environnements sonores et olfactifs nous entraînent dans un voyage immersif et poétique. Une promenade « jardiniste » unique qui fait résonner l’appel du printemps.

Infos pratiques :
Grand Palais, Galeries nationales
Jusqu’au 24 juillet 2017
Plein tarif : 13 € / Tarif réduit : 9 €
3 avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
www.grandpalais.fr

Olga Picasso

Née en 1891 à Nijyn, une ville ukrainienne de ce qui est alors l’Empire russe, Olga Khokhlova est fille de colonel. Elle entre dans la prestigieuse et innovante troupe des Ballets Russes dirigée par Serge Diaghilev en 1912. C’est à Rome au printemps 1917 qu’elle fait la connaissance de Pablo Picasso, alors que l’artiste réalise, à l’invitation de Jean Cocteau, les décors et les costumes du ballet Parade (musique d’Erik Satie, argument de Jean Cocteau, chorégraphie de Léonide Massine). Ils se marient le 12 juillet 1918 à l’église orthodoxe de la rue Daru, avec pour témoins Jean Cocteau, Max Jacob, et Guillaume Apollinaire. Modèle par excellence de la période classique de Picasso, Olga apparaît d’abord sous une ligne fine et élégante marquée par l’influence ingresque. Synonyme d’un certain retour à la figuration, Olga est souvent représentée mélancolique, assise, lisant ou écrivant, allusion sans doute à la correspondance qu’elle entretient avec sa famille qui vit un moment tragique de l’Histoire.

Infos pratiques :
Musée national Picasso-Paris
Jusqu’au 03 septembre 2017
Plein tarif : 12,50 € / Tarif réduit : 11 €
5 rue de Thorigny
75003 Paris
www.museepicassoparis.fr

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire