Expositions

Top 8 des expositions à voir en mai à Paris

Mai est de mon côté un mois un peu particulier puisqu’il est le mois de tous les changements ! Déménagement dans un nouvel appart, un nouveau quartier, d’où mon manque de temps pour les sorties culturelles alors que les événements fleurissent dans la capitale. Je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir mes différents coups de coeur du printemps mais je compte bien me rattraper à la fin du mois !

Dans l’ordre, je suis pressée de partir à la rencontre des fantômes de la Gaîté lyrique et des jungles du Douanier Rousseau. Mais de nouvelles expositions viennent aussi enrichir la liste ! La rétrospective consacrée aux films de Gus Van Sant ainsi que la célébration des trente ans de la collection de mode du musée des Arts décoratifs sont deux événements à ne pas manquer.

Paul Klee et Guillaume Apollinaire sont également à l’honneur pour mon plus grand bonheur ! Je suis pressée d’en apprendre davantage sur ces deux personnages que je ne connais finalement que trop peu. La rétrospective thématique consacrée aux oeuvres de Paul Klee, figure singulière de la modernité et de l’art du 20e siècle, promet de belles découvertes. Tout comme l’expo consacrée à Apollinaire, à la fois témoin et acteur des bouleversements du début du XXe siècle.

Vous n’avez clairement pas de quoi vous ennuyer au mois de mai ! Et les différents ponts/ jours fériés sont autant d’occasions de vous laisser surprendre par l’une de ces visites. En un mot : profitez !

fantomes

Extra Fantômes : les vrais, les faux, l’incertain

Le développement exponentiel des technologies, paradoxalement, est un moment propice de réappropriation de phénomènes magiques, inexpliqués, mythologiques. La Gaîté lyrique – d’abord théâtre, puis temple de l’opérette, parc d’attraction, lieu de raves interdites, et enfin lieu des cultures numériques – est un espace peuplé de mémoires et d’histoires. Miroirs hantés, surveillances invisibles, maisons vivantes, machines spectrales, ondes impalpables, existences virtuelles… Cette nouvelle exposition présente une sélection d’oeuvres contemporaines sur diverses figures du fantôme : les vrais, les faux… Et l’incertain. Manipulez, effleurez, touchez… Laissez vos sens vous jouer des tours, laissez-vous surprendre.

Infos pratiques :
La Gaîté Lyrique
Jusqu’au 31 juillet 2016
Plein tarif : 7,50 €
3bis rue Papin
75003 Paris
www.gaite-lyrique.net

gus

Gus Van Sant

Déambulation autour des films de Gus Van Sant, ses œuvres plastiques (photographiques, picturales, musicales inédites en France) et ses collaborations artistiques (William Burroughs, William Eggleston, Bruce Weber, David Bowie), l’exposition explore l’univers de ce réalisateur culte, emblème d’un cinéma anticonformiste, radical et osé. Le cinéma de Gus Van Sant est la plaque sensible de ce temps de l’Histoire américaine postmoderne (post-Pop, post-Nouvel Hollywood, post-militantisme). Tête de proue du renouveau du cinéma outre-atlantique dit indépendant, que le public français découvre en 1989 avec la sortie en salles de Drugstore Cowboy, il est l’instigateur et le défenseur, en secret, en douceur, d’une liberté artistique qui irradie depuis les marges.

Infos pratiques :
La Cinémathèque française
Jusqu’au 31 juillet 2016
Plein tarif : 11 € / Tarif réduit : 8,5 €
51 rue de Bercy
75012 Paris
www.cinematheque.fr

fashion

Fashion Forward, 3 siècles de mode (1715-2016)

Le musée des Arts décoratifs célèbre les trente ans de sa collection de mode du 7 avril au 14 août 2016. C’est l’occasion de répondre à une attente très forte émanant du public : avoir enfin la possibilité d’embrasser l’histoire de la mode sur plusieurs siècles. C’est aussi l’opportunité d’en dessiner les forces et d’en rappeler ses particularités : une collection nationale de mode et de textile conservée au sein du musée en dialogue avec les autres départements du musée des Arts Décoratifs, musée de tous les objets. L’exposition réunit 300 pièces de mode féminine, masculine et enfantine du XVIIIe siècle à nos jours, issus de son fonds, assemblées, regroupées pour dessiner une frise chronologique inédite.

Infos pratiques :
Les Arts Décoratifs – Nef
Jusqu’au 14 août 2016
Plein tarif : 11 € / Tarif réduit : 8,5 €
107 rue de Rivoli
75001 Paris
www.lesartsdecoratifs.fr

klee

Paul Klee – L’ironie à l’oeuvre

Le Centre Pompidou propose une nouvelle traversée de l’œuvre de Paul Klee, quarante-sept années après la dernière grande rétrospective française que lui consacra le musée national d’art moderne, en 1969. Réunissant environ deux cent cinquante œuvres, en provenance des plus importantes collections internationales, du Zentrum Paul Klee et de collections privées, cette rétrospective thématique pose un regard inédit sur cette figure singulière de la modernité et de l’art du 20e siècle. Exposer l’œuvre de Klee est un défi : auteur de presque dix mille œuvres, artiste insaisissable par excellence, il semble se dérober à chaque tentative de classification.

Infos pratiques :
Centre Pompidou
Jusqu’au 1er août 2016
Plein tarif : 14 € / Tarif réduit : 11 €
Place Georges-Pompidou
75004 Paris
www.centrepompidou.fr

apollinaire

Apollinaire, le regard du poète

L’exposition Apollinaire, le regard du poète s’attache à la période où Guillaume Apollinaire a été actif comme critique d’art, essentiellement entre 1902 et 1918. Cette large quinzaine d’années, qui peut sembler réduite dans ses bornes chronologiques, va cependant concentrer un foisonnement prodigieux d’écoles, de manifestes, de tentatives et de découvertes dans le domaine des arts. La personnalité d’Apollinaire, sa sensibilité artistique, son insatiable curiosité, font de lui un témoin, un acteur et un passeur privilégié des bouleversements du début du XXe siècle.

Infos pratiques :
Le musée de l’Orangerie
Jusqu’au 18 Juillet 2016
Plein tarif : 9 € / Tarif réduit : 6,5 €
Jardin Tuileries
75001 Paris
www.musee-orangerie.fr

velvet

The Velvet Underground

The Velvet Underground – New York Extravaganza – vous propose un parcours en 6 étapes, pour appréhender sous autant de prismes l’univers d’un groupe et d’une époque mythiques. Après la Seconde Guerre mondiale, la lessiveuse consumériste de l’Amérique redémarre de plus belle et vante un standard de vie obéissant et familial, sage comme l’image diffusée par des médias en pleine expansion. Refusant ce sourire forcé, intellectuels et artistes sulfureux bouillonnent. Ils s’attaquent aux rigidités d’une société soi-disant libérale mais pour laquelle toute déviance représente un danger.

Infos pratiques :
La Philharmonie de Paris
Jusqu’au 21 août 2016
Plein tarif : 10 € / Tarif réduit : 8 €
221 avenue Jean-Jaurès
75019 Paris
philharmoniedeparis.fr

carambolage

Carambolage

Carambolage (n.m) : terme du jeu de billard. Coup dans lequel la bille du joueur va toucher deux autres billes. fig. : coup double, ricochet. 185 œuvres d’art, issues d’époques, de styles et de pays différents, sont présentées dans un parcours conçu comme un jeu de dominos, où chaque œuvre induit la suivante par une association d’idées ou de formes. Les créations de Boucher, Giacometti, Rembrandt, Man Ray, Annette Messager et d’autres artistes anonymes dialoguent au sein d’un parcours ludique qui revisite notre approche traditionnelle de l’histoire de l’art.

Infos pratiques :
Grand Palais, Galeries nationales
Jusqu’au 4 juillet 2016
Plein tarif : 13 € / Tarif réduit : 9 €
3 Avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
www.grandpalais.fr

douanier

Le Douanier Rousseau. L’innocence archaïque.

Peintre éminemment singulier, Henri Rousseau est un cas unique dans l’histoire de l’art européen. Son oeuvre s’inscrit pourtant dans son temps, au tournant du XXe siècle : en confrontant sa peinture à quelques-unes de ses sources d’inspiration, qui comptent l’académisme comme la nouvelle peinture, et aux oeuvres des artistes d’avant-garde l’ayant intronisé comme père de la modernité, Le Douanier Rousseau. L’innocence archaïque se veut une mise en lumière critique de son art autour d’une réflexion sur la notion d’archaïsme. L’archaïsme est ainsi le fil conducteur entre les oeuvres de cette exposition, présentée une première fois au Palazzo Ducale de Venise en 2015, avant de rejoindre les salles du musée d’Orsay au printemps prochain.

Infos pratiques :
Musée d’Orsay
Jusqu’au 17 juillet 2016
Plein tarif : 14 € / Tarif réduit : 11 €
1 Rue de la Légion d’Honneur
75007 Paris
www.musee-orsay.fr

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire