Expositions

Les 8 expositions à découvrir cet été 2019 à Paris

Bonnes visites !

Toutânkhamon, Le Trésor du Pharaon

Le 4 novembre 1922, l’archéologue britannique Howard Carter fait une découverte extraordinaire dans la Vallée des Rois : le tombeau de Toutânkhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie égyptienne, au 14e siècle avant JC. L’exposition Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon célèbre le centenaire de la découverte du tombeau royal en réunissant des chefs-d’œuvre d’exception. Présentée par le Ministère des Antiquités égyptiennes à la Grande Halle de la Villette, cette exposition immersive dévoile plus de 150 pièces maîtresses, dont 50 voyagent pour la première fois hors d’Égypte. Pour cette ultime tournée, l’exposition Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon est accueillie dans les plus grandes capitales internationales avant de s’installer définitivement au Grand Musée égyptien, actuellement en construction au Caire sur le plateau de Gizeh. Pour son escale parisienne, la statue Le dieu Amon protégeant Toutânkhamon, issue des collections du Louvre, s’invite dans la scénographie.

Infos pratiques :
La Grande Halle de La Villette
Jusqu’au 15 septembre 2019
Plein tarif : de 18 € à 24 €
211 Avenue Jean Jaurès
75019 Paris
lavillette.com

Félix Fénéon (1861-1944), Les arts lointains

Anarchiste, critique d’art, éditeur, directeur de galerie, collectionneur passionné… Portrait en deux chapitres de Félix Fénéon, personnalité hors du commun et découvreur de talents, aux musées d’Orsay et de l’Orangerie et au musée du quai Branly – Jacques Chirac. Les musées d’Orsay et de l’Orangerie, le musée du quai Branly – Jacques Chirac et The Museum of Modern Art, New York, rendent pour la première fois hommage à Félix Fénéon (1861-1944), acteur majeur du monde artistique de la fin du XIXe siècle et du tournant du XXe siècle. Anarchiste, directeur de revues, marchand d’art, prodigieux collectionneur, Fénéon a défendu une vision décloisonnée de la création au moment du basculement de l’art vers la modernité et œuvré pour la reconnaissance des arts extra-occidentaux.

Infos pratiques :
Musée du quai Branly
Jusqu’au 29 septembre 2019
Plein tarif : 10 € / Tarif réduit : 7 €
37 Quai Branly
75007 Paris
www.quaibranly.fr

Préhistoire, une énigme moderne

Voyagez dans une histoire de regards et de fascination, en présence d’icônes préhistoriques, modernes et contemporaines ! Du Mammouth de la Madeleine à Dove Allouche en passant par Louise Bourgeois, cette exposition originale met en lumière le lien qui unit la préhistoire à l’art moderne et contemporain. Au cours d’un parcours chronologique, découvrez comment les artistes et la société ont subi l’attrait des origines pendant la modernité, cédant à une vision fantasmée de ce qui était avant l’histoire. Cette véritable machine à remuer le temps n’a cessé de modeler les horizons mentaux de la modernité et de fournir des modèles concrets pour des expérimentations de tous ordres. L’exposition a été réalisée en partenariat avec le Muséum national d’Histoire naturelle – Musée de l’Homme, le Musée d’archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain-en-Laye et le Musée national de Préhistoire.

Infos pratiques :
Centre Pompidou
Jusqu’au 16 septembre 2019
Plein tarif : 14 € / Tarif réduit : 11 €
Place Georges-Pompidou
75004 Paris
www.centrepompidou.fr

Helena Rubinstein. L’aventure de la beauté

Pour la première fois en France, le mahJ consacre une exposition à Helena Rubinstein (1872-1965). Plus de trois cents documents, objets, vêtements, photos, gravures, ouvrages, peintures, sculptures, tapisseries – et notamment des œuvres de Marc Chagall, Michel Kikoïne, Sarah Lipska, Louis­ Marcoussis, Elie Nadelman ou Maurice Utrillo, provenant de sa célèbre collection personnelle – retracent le parcours de ­celle que Jean ­Cocteau nommait « l’impératrice de la beauté ». Née à Cracovie à la fin du XIXe siècle, dans une modeste famille juive orthodoxe, Helena Rubinstein, fondatrice d’un empire auquel elle a donné son nom, a ­réinventé la culture de la beauté en l’adaptant à la modernité. Visionnaire, elle met la science au service de la cosmétique dès la création de son premier institut, à Melbourne, en 1902. En précurseure, elle montre aux femmes comment prendre soin d’elles, attentive à ce que la beauté, « ce ­nouveau pouvoir », accompagne leur émancipation.

Infos pratiques :
Musée d’art et d’histoire du Judaïsme
Jusqu’au 25 août 2019
Plein tarif : 10 € / Tarif réduit : 7 €
Hôtel de Saint-Aignan
71 Rue du Temple
75003 Paris

www.mahj.org

Berthe Morisot (1841-1895)

Figure majeure de l’impressionnisme, Berthe Morisot reste aujourd’hui moins connue que ses amis Monet, Degas ou Renoir. Elle avait pourtant été immédiatement reconnue comme l’une des artistes les plus novatrices du groupe. L’exposition retrace le parcours exceptionnel d’une peintre, qui, à rebours des usages de son temps et de son milieu, devient une figure essentielle des avant-gardes parisiennes de la fin des années 1860 jusqu’à sa mort prématurée en 1895. Peindre d’après modèle permet à Berthe Morisot d’explorer plusieurs thématiques de la vie moderne, telles que l’intimité de la vie bourgeoise, le goût de la villégiature et des jardins, l’importance de la mode, le travail domestique féminin, tout en brouillant les frontières entre intérieur/extérieur, privé/public, fini/non fini. Pour elle, la peinture doit s’efforcer de “fixer quelque chose de ce qui passe”. Sujets modernes et rapidité d’exécution ont donc à voir avec la temporalité de la représentation, et l’artiste se confronte inlassablement à l’éphémère et au passage du temps. Ainsi ses dernières oeuvres, caractérisées par une expressivité et une musicalité nouvelles, invitent à une médiation souvent mélancolique sur ces relations entre l’art et la vie.

Infos pratiques :
Musée d’Orsay
Jusqu’au 22 septembre 2019
Plein tarif : 14 € / Tarif réduit : 11 €
1 Rue de la Légion d’Honneur
75007 Paris
m.musee-orsay.fr

Back Side / Dos à la mode

Le Palais Galliera présente “Back Side / Dos à la mode”, une exposition hors les murs consacrée au vêtement vu de dos, accueillie au musée Bourdelle. Dans notre société obsédée par le visage, “Back Side / Dos à la mode” est un sujet original et inattendu. En abordant les liens du corps au vêtement d’un point de vue social et psychologique, l’exposition interroge la perception que nous avons de notre dos et de celui des autres. Le dos rappelle à l’homme ses propres limites : il se dérobe à la vue et en partie au toucher. Cependant, la mode ne cesse de l’orner, de le charger ou de le dénuder. Sur cette zone la plus plane de notre corps, messages et motifs se déploient en toute lisibilité sans que nous croisions jamais les regards qui leur sont accordés. Du sillage d’une traîne de cour à la charge d’un sac à dos, de la sensualité d’un décolleté à la contrainte d’une fermeture, l’exposition propose un parcours thématique d’une centaine de silhouettes et d’accessoires du XVIIIe siècle à nos jours issus des collections de Galliera. Cet ensemble est complété par une sélection d’extraits de films et de photographies.

Infos pratiques :
Musée Bourdelle
Jusqu’au 17 novembre 2019
Plein tarif : 10 € / Tarif réduit : 8 €
18, rue Antoine-Bourdelle,
75015 Paris
www.palaisgalliera.paris.fr

Drôles de Petites Bêtes d’Antoon Krings

Le Musée des Arts Décoratifs consacre une exposition aux Drôles de Petites Bêtes, l’univers d’Antoon Krings, grand auteur-illustrateur de la littérature jeunesse contemporaine. Elle rassemble plus de 500 peintures, objets d’art, dessins et estampes, issus du fonds du musée et de la collection personnelle de l’artiste, enrichis de prêts de particuliers et d’institutions culturelles. Ce projet s’articule autour de six thématiques : la faune et la flore, le jardin, les Arts & Crafts, l’adaptation audiovisuelle de l’univers des Drôles de Petites Bêtes, les animaux dans la littérature et l’atelier d’Antoon Krings. Grâce à une scénographie ludique et ingénieuse de l’agence Designers Unit qui joue sur les échelles et les sensations, cette rétrospective, la première consacrée à Antoon Krings, plonge les visiteurs dans le monde de l’enfance et du merveilleux.

Infos pratiques :
Musée des Arts Décoratifs
Jusqu’au 8 septembre 2019
Plein tarif : 11 € / Tarif réduit : 8,5 €
107, rue de Rivoli
75001 Paris
madparis.fr

Paris romantique, 1815-1848

Après “Paris 1900, la Ville spectacle”, le Petit Palais présente une grande exposition-événement qui offre un vaste panorama de la capitale durant les années romantiques, de la chute de Napoléon à la révolution de 1848. Plus de 600 œuvres -peintures, sculptures, costumes, objets d’art et mobilier- plongent le visiteur dans le bouillonnement artistique, culturel et politique de cette époque. Grâce à une scénographie immersive, le parcours invite à une promenade dans la capitale à la découverte des quartiers emblématiques de la période : les Tuileries, le Palais-Royal, la Nouvelle-Athènes, la cathédrale Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, ou les Grands Boulevards des théâtres. Dans le même temps, un volet dédié aux salons littéraires et mondains est présenté au musée de la Vie romantique et complète l’exposition.

Infos pratiques :
Petit Palais
Jusqu’au 15 septembre 2019
Plein tarif : 13 € / Tarif réduit : 11 €
Avenue Winston Churchill
75008 Paris
www.petitpalais.paris.fr
Article précédent

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire