Expositions

Les 8 expositions à voir en avril à Paris

Bonnes visites !

Pia Fries : parsen und module

En 2018, grâce à un don généreux, la série parsen und module * de l’artiste Pia Fries va entrer dans les collections du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. C’est autour de cette œuvre emblématique, créée en 1999 et constituée de trente tableaux de taille identique, que se construit l’exposition de la peintre suisse. En y associant une trentaine de peintures et de dessins récemment présentés au Museum Kurhaus Kleve, elle permet de découvrir les différentes facettes du travail de l’artiste.

Infos pratiques :
Musée d’Art moderne de la Ville de Paris
Jusqu’au 20 mai 2018
Entrée gratuite
11, avenue du Président Wilson
75116 Paris
www.mam.paris.fr

Au diapason du monde

L’exposition dévoile dans l’ensemble des galeries du bâtiment de Frank Gehry, une nouvelle sélection d’artistes de la Collection réunissant des œuvres modernes et contemporaines, tous mediums confondus, pour l’essentiel jamais exposées en ce lieu. Au-delà d’un accrochage, « Au diapason du monde » se veut une exposition sur la base d’une thématique précise. Celle-ci renvoie aux questionnements actuels liés à la place de l’Homme dans l’univers et à la nouvelle approche qui le lie à son environnement et au monde du vivant, soulignant les interconnexions entre l’humain, l’animal, le végétal voire le minéral.

Infos pratiques :
Fondation Louis Vuitton
Du 11 avril au 27 août 2018
Plein tarif : 9 € / Tarif réduit : 4 €
8, avenue du Mahatma Gandhi
Bois de Boulogne – 75116 Paris
www.fondationlouisvuitton.fr

Subodh Gupta. Adda / Rendez-vous

Subodh Gupta (né en 1964 et vivant à New Delhi) est un artiste contemporain de renommée internationale. Peintre de formation, Gupta, qui réside et travaille à New Delhi, s’est aussi intéressé à d’autres formes artistiques telles que la performance, la vidéo, la photographie, la sculpture, ou les installations. Subodh Gupta conçoit l’exposition comme un lieu propice à la rencontre, un rendez-vous que l’on se donnerait, entrainant discussions, échanges et débats, à l’image du mot et concept hindi « Adda ».

Infos pratiques :
Monnaie de Paris
Du 13 avril au 26 août 2018
Plein tarif : 14 € / Tarif réduit : 12 €
11, quai de Conti
75006 Paris
www.monnaiedeparis.fr

Kuapka – Pionnier de l’abstraction

La rétrospective exceptionnelle du Grand Palais, retrace le parcours de František Kupka, ses débuts marqués par le symbolisme et son évolution progressive vers l’abstraction dont il sera l’un des pionniers. 300 peintures, dessins, gravures, livres et documents redonnent vie à l’artiste et dévoilent sa personnalité engagée et singulière. L’exposition nous entraine à la découverte de son chemin artistique et intellectuel et nous plonge dans un univers riche en couleurs, formes et mouvement.

Infos pratiques :
Grand Palais, Galeries nationales
Jusqu’au 30 juillet 2018
Plein tarif : 14 € / Tarif réduit : 10 €
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
www.grandpalais.fr

Enfers et fantômes d’Asie

Des peintures bouddhiques au J-Horror, des estampes d’Hokusai à Pac-Man, du culte des esprits en Thaïlande au manga d’horreur, la figure du fantôme hante l’imaginaire asiatique depuis des siècles. En Chine, en Thaïlande ou au Japon – terrains d’étude de l’exposition – l’engouement populaire pour l’épouvante est bien réel, imprégnant une grande diversité des productions culturelles. Esprits errants de la forêt, femmes-chats vengeresses, revenants des enfers affamés (« walking dead »), vampires sauteurs ou yokaïs (créatures fantastiques du folklore japonais) : leurs apparitions sont multiples et se jouent des époques et des supports artistiques.

Infos pratiques :
Musée du quai Branly
Du 10 avril au dimanche 15 juillet 2018
Plein tarif : 10 € / Tarif réduit : 7 €
37 Quai Branly
75007 Paris
www.quaibranly.fr

« Détenues » de Bettina Rheims

Encouragée par Robert Badinter, la photographe Bettina Rheims a réalisé en 2014 une série de portraits de femmes incarcérées, intitulée « Détenues ». Ce projet, soutenu par l’administration pénitentiaire, confronte l’univers carcéral avec celui de la création artistique ; dans un dialogue complexe, il interroge la construction et la représentation de la féminité dans les espaces de privation de liberté et d’enfermement. De ces rencontres, volontaires, sont nés des portraits saisissants qui nous renvoient au regard que nous portons sur la détention. La série « Détenues » offre une fenêtre de conversation avec l’univers sensible et peu connu de la détention.

Infos pratiques :
Château de Vincennes
Jusqu’au 30 avril 2018
Plein tarif : 9 € / Tarif réduit : 7 €
Avenue de Paris
94300 Vincennes
www.monuments-nationaux.fr

Van Dongen et le Bateau-Lavoir

Dans le cadre de l’année culturelle néerlandaise en France, le Musée de Montmartre organise une exposition centrée sur « Van Dongen et les artistes du Bateau-Lavoir ». Le Musée de Montmartre évoque déjà, dans ses collections permanentes, à quel point le Bateau-Lavoir, situé Place Emile Goudeau à quelques pas de l’actuel musée, a joué un rôle important dans la naissance de l’Art moderne à Paris. L’art antiacadémique, la liberté, l’esprit de révolution, l’art populaire et le dialogue entre les arts sont les facteurs qui vont stimuler l’arrivée d’un nouveau siècle artistique avec le fauvisme et le cubisme au Bateau-Lavoir.

Infos pratiques :
Musée de Montmartre
Jusqu’au 26 août 2018
Plein tarif : 12 € / Tarif réduit : 9 €
12-14, rue Cortot
75018 Paris
museedemontmartre.fr

Gérard Garouste “Diane et Actéon”

Peintre, graveur et sculpteur, Gérard Garouste (né en 1946) s’inspire souvent des grands textes de référence. La Bible, le Talmud, ou dans un registre plus littéraire, le Don Quichotte de Cervantès, servent d’alibi à ses complexes jeux plastiques où l’audace des formes et des couleurs s’affranchit des contraintes de vraisemblance. À la demande du musée de la Chasse et de la Nature, Gérard Garouste s’est intéressé au mythe de Diane et Actéon, l’un des plus beaux qu’ait relatés le poète latin Ovide (43 av. J.C. – 17 ap. J.C.) dans ses Métamorphoses : Actéon, chasseur insatiable, s’étant aventuré dans un bois à la recherche de la fraîcheur, surprend la déesse Diane alors qu’elle se baigne nue avec ses suivantes. Lui, simple mortel, ose porter un regard de désir sur la divinité qui se venge en lui jetant un sort. Soudain transformé en cerf, il devient la proie de ses propres chiens qui le mettent à mort.

Infos pratiques :
Musée de la Chasse et de la Nature
Jusqu’au 1er juillet 2018
Plein tarif : 8 € / Tarif réduit : 6 €
62, rue des Archives
75003 Paris
www.chassenature.org

Article précédent

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire