Expositions

Les 8 expositions à voir en janvier à Paris

Bonnes visites !

Marie Curie, une femme au Panthéon

En 1995, Marie Curie devient la première femme à entrer au Panthéon pour ses propres mérites. Reconnue comme l’une des plus grandes savantes de son époque, devenue aujourd’hui la scientifique la plus célèbre au monde, elle laisse derrière elle un héritage scientifique et moral inestimable. Riches archives, instruments scientifiques, documents d’époque et effets personnels vous feront entrer dans l’univers de la célèbre scientifique. Vous découvrirez à la fois l’univers intime et familial de Marie Curie mais aussi les coulisses de l’Institut du Radium, devenu Institut Curie, et des travaux scientifiques qui y ont été menés. Votre visite se poursuivra ensuite dans la crypte du Panthéon, et plus particulièrement dans le caveau VIII où reposent Marie et Pierre Curie. La dernière étape sera la visite du Musée Curie, situé à 5 min à pied du Panthéon, rue Pierre et Marie Curie, au coeur du site parisien de l’Institut Curie.

Infos pratiques :
Panthéon
Jusqu’au 04 mars 2018
Plein tarif : 9 €
Place du Panthéon
75005 Paris
www.paris-pantheon.fr

La Folie en tête

Comme pour Entrée des médiums, en 2012, en s’ancrant dans la vie de Victor Hugo – la folie qui frappe son frère Eugène et sa fille Adèle –, l’exposition propose d’explorer la constitution d’un nouveau territoire de l’art. C’est l’occasion de présenter des collections d’œuvres d’internés constitués au cours du XIXe siècle par 4 psychiatres qui ont récupéré souvent en cachette, les œuvres des internés qu’ils suscitent parfois à des fins « d’art-thérapie ». Ils en seront les premiers collectionneurs, les premiers  «critiques», leur souci de diagnostic et d’étude s’ouvrent sur la conscience. Refusant l’imagerie de la folie et sa mise en spectacle des troubles mentaux, l’exposition entend ne montrer que l’œuvre des malades et leur rendre hommage, en tant qu’artistes, comme elle rend aussi hommage aux psychiatres. Le parcours de visite, organisé de façon chronologique à travers quatre grandes collections européennes, met en lumière les œuvres les plus anciennes et peu ou pas vues en France.

Infos pratiques :
Maison de Victor Hugo
Jusqu’au 18 mars 2018
Plein tarif : 8 € / Tarif réduit : 6 €
6 place des Vosges
75004 Paris
www.maisonsvictorhugo.paris.fr

Constance Guisset Design, Actio !

Le Musée des Arts Décoratifs donne carte blanche à la designer et scénographe Constance Guisset pour une rétrospective consacrée à ses 10 années de création. « Constance Guisset Design, Actio ! » invite le visiteur à explorer l’univers de celle qui est devenue, en quelques années, une figure du design français. Connue pour le caractère éclectique et poétique de ses réalisations, les champs d’investigation de Constance Guisset sont multiples : design, scénographie d’expositions ou de spectacles, architecture, installations et vidéos. Son travail renouvelle les perceptions, favorise les illusions et éveille les émotions.

Infos pratiques :
Musée des Arts Décoratifs
Jusqu’au 11 mars 2018
Plein tarif : 13€ / Tarif réduit : 10€
107, rue de Rivoli
75001 Paris
www.lesartsdecoratifs.fr

Etre moderne : Le MoMA à Paris

La Fondation Louis Vuitton accueille dans le bâtiment dessiné par Frank Gehry une sélection de 200 œuvres qui retracent l’histoire du MoMA dans son rôle de collectionneur. Une sélection transdisciplinaire de 200 oeuvres provenant des six départements du Musée et reflétant l’histoire de l’institution et de ses collections, occupera entièrement le bâtiment de la Fondation, dessiné par Frank Gehry. Organisée conjointement par les deux institutions, l’exposition réunit des œuvres sélectionnées par le directeur et le conservateur du MoMA parmi les peintures, sculptures, dessins, estampes, photographies, films, œuvres numériques, performances, objets d’architecture et de design qui, par leur diversité, illustrent les multiples facettes des collections du musée. L’exposition a été pensée en relation avec l’architecture et les espaces du bâtiment de la Fondation Louis Vuitton, offrant un parcours historique et rempli de surprises, sur ses quatre étages.

Infos pratiques :
Fondation Louis Vuitton
Jusqu’au 5 mars 2018
Plein tarif : 16 € / Tarif réduit : 10 €
8 Avenue du Mahatma Gandhi
75116 Paris
www.fondationlouisvuitton.fr

Le Pérou avant les Incas

Cupisnique, Mochica, Chimú, Lambayeque… Loin d’avoir dans notre imaginaire la puissance évocatrice des Incas, ces cultures anciennes du Nord du Pérou ont pourtant porté les germes du plus vaste empire préhispanique. Enquête sur les traces de ces civilisations disparues avec pour toile de fond une réflexion sur le pouvoir. Au pied de la cordillère des Andes, sur la côte nord du Pérou, se trouve l’un des déserts les plus arides du globe. Un territoire inhospitalier sur lequel se sont épanouies de nombreuses cultures aujourd’hui tombées dans l’oubli, éclipsées dans l’imaginaire par l’Empire Inca. Parmi ces sociétés anciennes, les Mochicas (ou Moché) – sans doute l’une des premières à avoir construit une structure étatique – ont posé, il y a plus de 1500 ans, les bases de la civilisation préhispanique.

Infos pratiques :
Musée du quai Branly
Jusqu’au 1er avril 2018
Plein tarif : 10 € / Tarif réduit : 7 €
37 Quai Branly
75007 Paris
www.quaibranly.fr

Women House – La maison selon elles

Women House est la rencontre de deux notions : un genre – le féminin – et un espace – le domestique. L’architecture et l’espace public ont été masculins, tandis que l’espace domestique a été longtemps la prison, ou le refuge des femmes : cette évidence historique n’est pourtant pas une fatalité et l’exposition Women House nous le montre. Elle rassemble sur 1000 m2 et dans une partie des cours de la Monnaie de Paris, 39 artistes femmes du XXe et XXIe siècle qui se saisissent de ce sujet complexe et mettent la femme au centre d’une histoire dont elle était absente.

Infos pratiques :
Monnaie de Paris
Jusqu’au 28 janvier 2018
Plein tarif : 12 € / Tarif réduit : 10 €
11, quai de Conti
75006 Paris
www.monnaiedeparis.fr

Malick Sidibé Mali Twist

En 1995, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présentait la première exposition monographique du photographe malien Malick Sidibé hors du continent africain. Un an après la disparition de l’artiste le 14 avril 2016, elle lui rend hommage avec Mali Twist*, une grande exposition rétrospective accompagnée d’un ouvrage, conçus et dirigés par André Magnin en collaboration avec Brigitte Ollier. L’exposition réunit pour la première fois ses photographies les plus exceptionnelles et emblématiques ; des tirages d’époque réalisés par lui-même de 1960 à 1980 ; un choix de « chemises » rassemblant ses prises de vue de soirées ainsi qu’un ensemble de portraits inédits d’une beauté intemporelle. Véritable plongée dans la vie de celui qui fut surnommé « l’oeil de Bamako », cet ensemble exceptionnel de photographies en noir et blanc révèle comment Malick Sidibé a su saisir, dès le début des années 1960, la vitalité de la jeunesse bamakoise et imposer son style unique, reconnu aujourd’hui dans le monde entier.

Infos pratiques :
Fondation Cartier
Jusqu’au 25 février 2018
Plein tarif : 12 € / Tarif réduit : 8,50 €
261 Boulevard Raspail
75014 Paris
www.fondationcartier.com

César

Il y a vingt ans mourait César, l’un des plus illustres et des plus méconnus artistes de son temps. Illustre, il l’avait été à l’âge de 25 ans, lorsque, « monté » à Paris en 1944, il avait mis au point sa technique des « fers soudés ». Méconnu, il l’était : la faconde et la manière d’être affichées en public cachaient une difficulté à se satisfaire des seules œuvres qui avaient fait son succès. Loin d’être l’homme des « Fers soudés », « Compressions », « Empreintes » et « Expansions », César était resté attaché à une idée de la sculpture peuplée d’un bestiaire et de figures humaines qu’il voulait à l’égal de celles des maîtres admirés. Moderne, César l’avait été à l’instar des Nouveaux Réalistes, rejoints en 1960. Inventif, guidé par la seule logique du matériau, attaché à incarner son temps, il rejouait son œuvre en gestes novateurs et décisifs qui firent sa notoriété. Métamorphosant le langage et la pratique de la sculpture, il revenait toujours aux techniques inventées lorsque, sans le sou, il soudait fragments et déchets de métal récupérés.

Infos pratiques :
Centre Pompidou
Jusqu’au 26 mars 2018
Plein tarif : 14 € / Tarif réduit : 11 €
Place Georges-Pompidou
75004 Paris
www.centrepompidou.fr

Article précédent

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire