Expositions

Les expositions de la rentrée 2015-2016 !

D’Andy Warhol à Martin Scorsese en passant par Picasso ou Louis XIV, les expos de la rentrée 2015 promettent de longues heures de file d’attente !

L’exposition du pape du Pop Art sera très certainement haute en couleurs tout comme celles consacrées au maître Picasso et au dieu Osiris.

Louis XIV sera également à l’honneur à l’occasion du tricentenaire de sa mort, le 1er septembre 2015.

A l’approche de la rentrée, on peut affirmer que les thématiques et les artistes de cette nouvelle année 2015-2016 présagent de belles visites…

 

picasso

Picasso.Mania

L’exposition revient sur la confrontation féconde que les artistes contemporains ont menée, depuis les années 1960, avec l’œuvre de Picasso. À la fois chronologique et thématique, le propos retrace les différents moments de la réception critique et artistique de l’œuvre de Picasso, les étapes de la formation du mythe associé à son nom. Aux grandes phases stylistiques, à certaines œuvres emblématiques de Pablo Picasso, telles que Les Demoiselles d’Avignon et Guernica, répondent les œuvres contemporaines de Hockney, Johns, Lichtenstein, Kippenberger, Warhol, Basquiat ou encore Jeff Koons.

« Picasso.mania », Grand Palais, Paris, du 7 octobre au 29 février 2016.

louis_xiv

Le roi est mort !

A l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV, le château de Versailles rendra un hommage particulier à celui qui a façonné l’âme et l’esprit de Versailles. L’exposition “Le roi est mort !” – la première sur le sujet – dévoilera notamment les secrets des rituels funéraires à l’époque royale et accueillera pour l’occasion des chefs-d’œuvre du monde entier, issus notamment des collections royales anglaises ainsi que de la Frick Collection de New York.

« Le roi est mort ! », Château de Versailles, du 26 octobre 2016 au 21 février 2016.

scorsese

Martin Scorsese

Martin Scorsese, l’un des réalisateurs les plus importants de notre époque, est un grand styliste et archéologue du cinéma. Il raconte dans ses films l’histoire des habitants et des conflits de son pays. L’exposition permet d’éclairer les sources d’inspiration de Martin Scorsese et les méthodes de travail qui lui sont propres. Elle montre à quel point son approche artistique du récit a caractérisé le cinéma américain moderne.

« Martin Scorsese », Cinémathèque française, Paris, du 7 octobre 2015 au 24 janvier 2016.

warhol

Andy Warhol, Shadows

A l’occasion de la première présentation en Europe des Shadows (1978-79) dans leur totalité, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris consacre une exposition exceptionnelle à Andy Warhol (1928-1987). Avec plus de 200 oeuvres, elle met en valeur la dimension sérielle de l’oeuvre de Warhol, aspect incontournable de son travail, et sa capacité à repenser les principes de l’exposition. Conservée à la Dia Art Foundation, les Shadows, étonnant ensemble de 102 toiles sérigraphiées de 17 couleurs différentes se déploient sur une longueur de plus de 130 mètres.

« Andy Warhol, Shadows », Musée d’art moderne de la Ville de Paris, du 2 octobre au 7 février 2016.

mvr-exposition-visages-de-l-effroi

Violence et fantastique de David à Delacroix

En marge du néoclassicisme de la fin du XVIIIe siècle, le sentiment romantique émerge en France en plongeant ses racines dans un mal-être, symptomatique d’une époque troublée tant sur le plan politique et économique que social et culturel. De la fin de l’Ancien régime aux espoirs déçus de la Révolution de 1848, les artistes traversent un siècle fait de bouleversements et de désenchantements qui les amènent à repenser, voire à redéfinir, la finalité de leur art. Le néoclassicisme, des grands maitres tels David, Girodet ou Gérard porte une esthétique où la violence, souvent légitime, s’impose comme une caractéristique du discours artistique.

« Violence et fantastique de David à Delacroix », Musée de la vie romantique, Paris, du 3 novembre au 28 février 2016.

prostitution

Splendeurs et misères. La prostitution en France de 1850 à 1910

Première grande manifestation consacrée au thème de la prostitution, cette exposition tente de retracer la façon dont les artistes français et étrangers, fascinés par les acteurs et les lieux de ce fait social, n’ont cessé de rechercher de nouveaux moyens picturaux pour en représenter réalités et fantasmes. De L’Olympia de Manet à L’Absinthe de Degas, des incursions dans les maisons closes de Toulouse-Lautrec et Munch aux figures audacieuses de Vlaminck, Van Dongen ou Picasso, l’exposition s’attache à montrer la place centrale occupée par ce monde interlope dans le développement de la peinture moderne.

« Splendeurs et misères. La prostitution en France de 1850 à 1910 », Musée d’Orsay, Paris, du 22 septembre au 20 janvier 2016.

fragonnard

Fragonard amoureux

L’inspiration amoureuse parcourt l’œuvre de Jean-Honoré Fragonard (1732-1806). Se faisant tour à tour galante, libertine, audacieusement polissonne ou au contraire ouverte à une nouvelle éthique amoureuse, celle-ci ne cesse en effet de mettre en scène la rencontre des corps et la fusion des âmes. Inaugurée au mitan du XVIIIème siècle par des bergeries nourries des derniers feux de la galanterie, cette inlassable exploration de la sensualité et du sentiment s’épanouit par la suite au travers de voies contrastées, le « Divin Frago » s’illustrant avec autant de subtilité dans  des œuvres « secrètes », scènes d’alcôve à la sensualité affirmée, que dans la célébration d’un amour sincère et moralisé.

« Fragonard amoureux », Musée du Luxembourg, Paris, du 16 septembre au 24 janvier 2016.

img_exposition-osiris_0

Osiris, mystères engloutis d’Egypte

L’Institut du monde arabe accueillera l’exposition événement de la rentrée « Osiris, mystères engloutis d’Égypte » qui dévoilera 250 objets issus de 7 années de fouilles sous-marines menées par l’archéologue Franck Goddio auxquels viendront s’ajouter une quarantaine d’oeuvres provenant des musées du Caire et d’Alexandrie, dont certaines sortiront d’Egypte pour la première fois. Ces découvertes, à la signification historique hors du commun, permettront de faire revivre l’un des grands mythes fondateurs de la civilisation égyptienne : « Les Mystères d’Osiris ».

« Osiris, mystères engloutis d’Egypte», IMA, du 8 septembre au 31 janvier 2016.

chagallChagall et la musique

De ses débuts à Vitebsk, sa ville natale de Biélorussie, à son arrivée à Saint-Paul de Vence, le parcours de Marc Chagall (1887-1985) est jalonné d’expérience fondatrices, où la musique joue, à chaque étape, un rôle essentiel. Cette omniprésence de la musique, intimement liée à son univers familial et au contexte culturel juif de sa ville natale, prend tout son sens avec les créations scéniques pour lesquelles il réalise décors et costumes. Le Théâtre d’art juif (Moscou, 1919-20), puis les ballets Aleko (Mexico, 1942), L’Oiseau de feu (New York, 1945), Daphnis et Chloé (Paris,1958) et La Flûte enchantée (New York, 1967) célèbrent les liens que l’artiste tisse entre la musique, la monumentalité scénique (décors) et le travail de la matière (costumes).

« Chagall et la musique », Philharmonie de Paris, d’octobre à janvier 2016.

Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire